Langues :
Sites à visiter
Retour

Sites à visiter

Le patrimoine industriel

  • La Halle de Grossouvre, Espace Métal

La terre, le feu, le fer, la métallurgie dans le Cher. Un espace exceptionnel conçu par Jamy Gourmaud. Une scénographie interactive, pédagogique et ludique. Une aventure à portée de tous.

Construite en 1844, la halle de Grossouvre est classée Monument Historique depuis 1999. En collaboration avec la municipalité de Grossouvre, la Région Centre et le Pays Loire Val d’Aubois, le Conseil général du Cher l’a réhabilitée avec une attention particulière pour en faire un lieu spécialement conçu pour le grand public et dédié à la découverte de l’histoire du fer.

Le fantôme de Georges Dufaud, ingénieur polytechnicien qui propulsa le Val d’Aubois dans l’aventure industrielle, vous accompagne tout au long d’une visite palpitante. Vous remonterez le temps et découvrirez la fascinante évolution du fer. Comment le rendre plus résistant ? Comment en produire davantage ? Jamy Gourmaud, journaliste scientifique, explique, illustre, démontre… à la manière d’une émission dont il a le secret.

Un vaste espace dédié à des expositions temporaires ponctue votre visite.

Renseignements (ouverture, tarifs, animations)

Halle de Grossouvre  Route de Véreaux 18600 Grossouvre.

Tél. : 02 48 77 06 38

http://www.halledegrossouvre.com/

 

  • Les halles de Chabrolles à Beffes

L'usine de Chabrolles, une des plus importantes parmi les nombreuses usines du bassin de Beffes (dont 7 situées le long du canal latéral à la Loire, et 14 le long du canal de Berry) a été acquise en 1990 par la commune. Une vaste programme de valorisation du site est en cours. L'ancienne carrière, inondée par des eaux claires accueille déjà un important Centre Régional de Plongée.

A la demande croissante d'une France en plein essort économique, dans la seconde moitié du 19ème siècle, la production de chaux à vocation agricole fait place à la fabrication industrielle. La qualité des gisements de calcaire de la vallée de l'Aubois, la facilité de transport par canaux et la position géographique au centre de la France font de ce bassin le second pour la production de chaux hydrauliques en France, entre 1865 et la fermeture définitive en 1936.

Le visiteur peut découvrir dans un cadre verdoyant ce passé industriel : on peut suivre le cycle de fabrication de la chaux en se déplaçant à travers le trajet emprunté quotidiennement par les chaufourniers (les ouvriers), de l’ancienne carrière d’extraction, aux gueulards (ouverture supérieure des haut-fourneaux), pour terminer dans les halles d’extinction. 
Le calcaire extrait d’une carrière aujourd'hui inondée, était calciné dans les 17 fours regroupés en deux batteries. La chaux vive passait dans les halles de travail pour l’extinction, le blutage (tamisage) et l’ensachage, ensuite expédiée par péniche sur le canal latéral à la Loire, notamment vers la région parisienne.

Renseignements (ouverture, tarifs, animations)

Accueil Touristique de Beffes - Site de Chabrolles – 18320 Beffes
Tél. : 02 48 76 57 32 - 06 37 08 42 25
accueil.touristique@beffes.fr 
www.beffes.fr


Vidéos du Pays Loire Val d'Aubois

Pour voir les vidéos relatives à l'histoire et au patrimoine de l'industrie du Pays Loire Val d'Aubois, vous pouvez visionner les vidéos suivantes :

Le patrimoine médiéval

Fort d’un important héritage historique et architectural, une route médiévale virtuelle a imposé son tracé jalonné de sites fortifiés ou religieux sortis des ruines et de l’anonymat pour certains.

Au carrefour des provinces du Berry, du Nivernais et du Bourbonnais, l’histoire a laissé sur le Pays des empreintes et quelques jalons sur la ligne de défense qui venait renforcer la frontière naturelle de la Loire qui n’avait pu contenir pendant la guerre de Cent Ans, l’avancée des Anglo-Bourguignons et les ravages causés par le Prince Noire, Édouard prince de Galles, et son armée qui sévirent en terre berrichonne.

En effet, vendue au 11ème siècle à la couronne de France, le Berry ne cessera plus dès lors d’appartenir au royaume et sera remis au fil des siècles en apanage à certains membres de la famille royale. Le Berry devint ainsi au 15ème siècle le centre de la résistance aux Anglais, et Charles VII, couronné roi de France en 1422, fut d’ailleurs longtemps affublé, par dérision, du surnom de « roi de Bourges » par les Bourguignons et les Anglais.

 

  • Le château de Sagonne

Surplombant le village médiéval et dressant son imposante silhouette dans le Val d’Aubois, le château de Sagonne est chargée d’une très longue et prestigieuse histoire. D’origine gallo-romaine, ce site est cité dès 832 comme possession du comte de Bourges. Il appartiendra ensuite aux comtes de Sancerre, à la célèbre famille d’Amboise et à celle de Jean Babou maître général de l’artillerie et grand père de Gabrielle d’Estrée qui y séjourne en 1596. Jules Hardouin Mansart, l’architecte de Versailles acheta l’édifice et ses domaines en 1699. Attendant la visite du roi Louis XIV, il remania certains bâtiments. Le château conserve une partie de son enceinte fortifiée et un très important donjon duquel se détache une élégante tour d’escalier.

 

Renseignements (ouverture, tarifs, animations)

Château de Sagonne 18600 Sagonne

Tél : 02 48 80 01 27 ou 01 47 33 59 25

www.chateausagonne.com

 

  •  Le château de Grossouvre

 La grosse tour à vocation défensive est l'élément le plus ancien du château dont l'histoire se confond, dès le 14ème siècle, avec la famille des Grivel, qui y vécut pendant quatre cents ans. C'est en tant que sénéchal et bailli de Louis II duc de Bourbon que Jehan Grivel, qui avait chassé les Anglais du Berry, reçu la "Maison forte de Grossouvre". La lignée des Grivel connut une fortune enviable, s'allia à tous les seigneurs de la région, servit les rois de France et accueillit au château Catherine de Médicis, Charles IX et Henri III. C'est Alexandre Auguste le Prodigue, marquis d'Ourouër, qui, complètement ruiné, du céder en 1785 "ce fief qui semblait inaliénable" à François Durant, maître des forges, qui s'intéressait aux installations de Trézy.

Ce dernier le revendit à François Grenouillet qui le garda de 1822 à 1833, date à laquelle il devint possession d'Alexandre Aguado, le fastueux marquis de Las Marismas.

Restauré, le château devint alors le rendez-vous de chasses magnifiques. Les Aguado y reçurent souvent Eugénie de Montijo et l'empereur Napoléon III, dont ils étaient les familiers.

Renseignements (ouverture, tarifs, animations)

Château de Grossouvre 18600 Grossouvre

Tél : 02.48.74.09.32 / 06.18.44.62.58

 

  • Le château d'Apremont-sur-Allier

Le coteau sur lequel s’élève le château est fortifié dès le Moyen Age, afin de défendre la seule voie qui longe l’Allier, et de percevoir un droit de péage. Le forteresse est alors pourvue de douze ou quatorze tours entourées de fossés. Bastion du partie Bourguignon, allié aux Anglais, elle est ruinée par les partisans de Louis XI. Philibert de Boutillat, bailli de Nevers et trésorier de France, reconstruit le château dont cinq tours subsistent aujourd’hui. François des Barres en devint le propriétaire en 1545.

Afin de défendre le roi Henri III contre le seigneur des Barres, partisan de la Ligue, le duc de Nevers assiégea en vain la forteresse en 1577. Le château subira quelques modifications d’aspect au cours des siècles mais conserve bien son allure imposante.

Renseignements (ouverture, tarifs, animations)

Château d’Apremont sur Allier  18150 Apremont sur Allier

Tél : 33 (0)2 48 77 55 00 ou : 33 (0)2 48 77 56 06

Fax : 33 (0)2 48 80 45 17

http://www.apremont-sur-allier.com

http://www.mairie-apremontsurallier.info

 

  • Le château de Cuffy

Propriété des comtes de Nevers, cette forteresse du 12ème siècle, construite sur un plan pentagonal résista aux incursions Anglo-Bourguignonnes. Devenue maison de plaisance, des ducs de Nevers à partir du 16ème siècle, le château semble avoir ensuite servi de refuge aux opposants du roi Louis XIII. En 1617, Marie de Médicis recourt à la force : le château est pris d’assaut et ses tours sont abattues. L’ensemble est aujourd’hui préservé et conserve encore quelques pierres sculptées.

Renseignements (ouverture, tarifs, animations)

Château de Cuffy 18150 Cuffy 
Tél : 02 48 80 41 45

 

  • Le donjon de Menetou-Couture

Dominant le Val d'Aubois, l’imposant donjon, d’une quarantaine de mètres de hauteur, veille sur le petit village blotti à ses pieds. Cette habitation seigneuriale militaire, construite vers 1460 par Philippe et Jean de Villaines, a gardé sa remarquable charpente en forme de nef de vaisseau et des cheminées monumentales d’une rigoureuse pureté. Il est entouré d’un parc aux arbres centenaires.

Renseignements (ouverture, tarifs, animations)

Donjon de Menetou Couture - 18320 Menetou Couture 
Tél/fax : 02 48 80 25 08

donjonmenetoucouture.net  


  • Le donjon de Jouy

Situé sur la commune de Sancoins, il dresse ses vestiges issus d'un important donjon que l'on attribue à Pierre de Giac, seigneur de Jouy en 1346, chancelier de France de 1373 à 1388, mort en 1407, et que l'on date des environs de 1370-1380. Le donjon est une construction sur plan carré, flanquée de tours circulaires aux angles. L'intérieur présentait plusieurs étages reliés par un escalier. Le rez-de-chaussée est couvert en berceau brisé et est éclairé par deux archères. Le premier étage est voûté d'ogives élevées sur des colonnettes d'angle aux chapiteaux ornés de feuillages. Les deux étages supérieurs sont recouverts d'un plancher. Au niveau du deuxième étage, la tour sud-est était aménagée en chapelle.

Son parc de sculptures contemporaines dessiné par l’architecte paysagiste Paul Choulot de Lavenne (1794-1864 ) est ouvert au public. La visite permet de se familiariser avec tous les mouvements artistiques de l'art depuis les années 50 et de se relaxer ou de lire les nouvelles, poèmes et écrits des mêmes artistes dans les "bibliothèques improbables". Il y a également tout loisir d'observer la faune et la flore qui est protégée activement lors de la balade dans le parc. Le Donjon de Jouy a prêté des oeuvres à de très nombreux musées, par exemple en ce moment à Berlin pour 2 oeuvres d'une artiste tchèque, et la collection rassemble plus de 60 artistes connus dans le monde pour leur contribution à l'histoire de l'art, dont : Niki de Saint Phalle, Germaine Richier, André Masson, Etienne Martin, Pierre Dmitrienko, Christian Lapie, François Stahly.

Renseignements (ouverture, tarifs, animations)
Donjon de Jouy  18600 Sancoins
Tél. : 02 48 74 63 51
https://www.zhibit.org/18sculpturetrailfrance
https://www.facebook.com/donjon.dejouy?fref=ts

 

  • Le château de la Grand'Cour à Mornay-Berry

Entouré de douves et protégé d’un mur d’enceinte, il fut bâti dans la deuxième moitié du 13ème siècle par les seigneurs de Mornay. Sa construction inspirée d’un modèle anglais est un remarquable exemple français de « forteresse-coquille ». L’existence d’une enceinte polygonale sans tour fait de ce château un important témoin de l’art militaire français au 13ème siècle. Il joua un rôle important pendant la guerre de Cent ans du fait de sa position au sein d’une ligne de défense séparant le royaume de France de la Bourgogne. Un jardin clos, d’inspiration médiévale lui a offert le plus bel écrin de couleurs et de verdure.

Renseignements (ouverture, tarifs, animations)

Château de la grand’cour - 18350 Mornay Berry 
Tél : 02 48 80 24 45
www.lagrandcour.fr/


Le patrimoine religieux

Après une période troublée du 5ème siècle au 11ème siècle, qui fit de la partie orientale de la province de Berry (le Cher d’aujourd’hui), sous le gouvernement des vicomtes, l'objet de nombreux enjeux qui entraînèrent destructions et pertes humaines, ce n'est qu'au 11ème siècle, avec la paix revenue, que s'élevèrent des monuments religieux encore visibles aujourd’hui sur une majeure partie du Pays Loire Val d’Aubois.

L’art roman dans le Cher et plus particulièrement sur le Pays Loire Val d’Aubois, est au cœur de toutes les influences, tantôt attiré par la rigueur et le dépouillement auvergnat, tantôt séduit par le charme de la Bourgogne.
Cet art roman régional est un art de maçon qui aime construire de beaux murs solides faisant de l’église une maison bien fermée mais qui sait aussi faire parler la pierre et la mettre en fêtes, sculptant chapiteaux et encorbellements, colonnettes de portail. Les églises romanes du pays sont nombreuses et bien conservées voire complètement restaurées pour certaines. Elles datent presque toutes des 12ème et 13ème siècles et servent chaque année d’écrin au festival de musique des églises du Berry roman.
Citons parmi les plus célèbres celle de : Charly, Germigny l’Exempt, Neuilly en Dun, Véreaux, Cuffy, La Guerche, Nérondes, Flavigny, Ourouer les Bourdelins, Chassy, Garigny, Mornay Berry, Saint Hilaire de Gondilly, Le Chautay, La Chapelle Hugon, Sagonne et Augy sur Aubois qui sont pour la plupart illuminées.

 

  • L'abbaye cistercienne de Fontmorigny

Fondée en 1149 sur les instances de Saint Bernard lui-même, l’actuelle abbaye cistercienne a succédé à un établissement bénédictin. Dès le Moyen Age, Fontmorigny devint un centre économique important grâce notamment à la sidérurgie. A la révolution de 1789, les religieux furent dispersés et l’abbaye vendue comme bien national. Depuis plusieurs décennies, d’importants travaux de restauration et l’aménagement de jardins à la française, suivant les plans de celui qui existait au 18ème siècle ont profondément modifié l’architecture de ce site qui est sorti grandi et plus rayonnant encore des ruines et des friches qui l’ont trop longtemps étouffé.
Parallèlement, l'abbaye est le théâtre, chaque année, d'une programmation culturelle et d'un festival de musique de grande qualité.

Renseignements (ouverture, tarifs, animations)
Abbaye de Fontmorigny - 18320 Menetou Couture 
Tél : 02 48 76 12 33 
abbaye-de-fontmorigny@wanadoo.fr
http://www.abbayedefontmorigny.com

Les jardins

Les jardins du Pays en tant que lieux d’évasion et d’initiation, constituent des étapes originales sur la route des parcs et jardins de la Région Centre.
  • Le parc floral d’Apremont sur Allier

Crée en 1970, ce parc floral paysager permet aux visiteurs de se promener en toute liberté sur les pelouses en admirant des collection de plantes vivaces, d’arbustes à fleurs et d’arbres d’essence rares alors qu’une cascade construite avec 650 tonnes de rochers a été aménagée dans une ancienne carrière désaffectée. Trois fabriques apportent une note orientale très pittoresque : un pont chinois, un pavillon turc et un belvédère.

Renseignements (ouverture, tarifs, animations)
Société hôtelière d’Apremont - 18150 Apremont sur Allier 
Tél : 02 48 77 55 00 
www.apremont-sur-allier.com

Le patrimoine naturel et fluvial

Sur les basses pentes et les collines du Pays Loire Val d’Aubois s’étalent les pâtures où l’on a élevé les premiers charolais d’embouche de tout le Berry. Ce vert pays parsemé de haies, de ruisseaux, d’étangs annonce furtivement l’envoûtante vallée noire célébrée par Georges Sand. Il célèbre également la réunion des eaux de la Loire et de son puissant affluent : l’Allier. L’eau est donc omniprésente dans ce cadre naturel que l’homme s’est échiné à façonner en asséchant des marais, en creusant des canaux, ou à embellir en aménagement de somptueux parcs et jardins.

  • Les vallées de la Loire et de l’Allier

Situé à l’amont de la « Loire des châteaux », le Pays est bordé par la « Loire des hommes », celle de la batellerie ligérienne et des coches d’eau qui ont transporté marchandises et passagers. Après la confluence avec l’Allier, le lit du fleuve s’agrandit, de nombreux bras annexes et bancs plus ou moins végétalisés apparaissent pour former des îles. C’est en pratiquant le canoë kayak que s’apprécient encore mieux ces cours d’eau d’une grande richesse faunistique et floristique.

  • Les canaux

Le canal latéral à la Loire et le canal de Berry sont des voies d’eau, qui ont structuré la vie économique du Pays et accompagné son développement tout au long des 19ème et 20ème siècles. Dévolues au transport des marchandises comme du bois, de la pierre, de la chaux et du ciment, des céréales, etc, elles ont été progressivement supplantées par la route et le rail. Il n’en demeure pas moins que les canaux constituent aujourd’hui des lieux privilégiés de promenade et de détente. 
Citons le pont-canal du Guétin à Cuffy, là où le canal latéral pour rejoindre la Bourgogne, enjambe l’Allier par un pont de 340 mètres de longueur, les haltes nautiques de Cours les Barres, de Herry, de La Chapelle Montlinard et le port fluvial de Marseilles les Aubigny qui abrite le dernier chantier naval de la région Centre.

La patrimoine rural

Le Pays Loire Val d’Aubois incarne sans conteste une ruralité forte, celle d’un territoire qui a puisé ses origines dans le développement de l’agriculture, le travail de la terre, les petits métiers de l’artisanat rural. Des lieux anciens ou contemporains témoignent encore de cette empreinte forte.

 

  • Le village d'Apremont sur Allier

Classé parmi les plus beaux villages de France, Apremont sur Allier était au Moyen-Age un simple village de carriers ; les carrières fournissaient en abondance des pierres de taille, acheminées sur des bateaux à fond plat, sur l'Allier, puis sur la Loire. Celles-ci servaient à la construction d'édifices religieux, parmi lequels la cathédrale d'Orléans et l'abbaye de Saint Benoît-sur-Loire. Une des maisons du XVème siècle, devant l'ancien port d'embarquement, porte encore le nom de «Maison des mariniers». Entre les deux guerres, le maître de forges du Creusot Eugène Schneider, aidé du décorateur M. de Galéa, va entreprendre un patient travail de mise en valeur du village. Ce qui n'est pas en harmonie avec le site est rasé et, à la place, des groupes entiers de maisons sont reconstruits dans le style médiéval berrichon. Le village accueille deux fois par an une fête des plantes.

Renseignements
http://www.apremont-sur-allier.com
http://www.mairie-apremontsurallier.info

 

  • Le marché des grivelles à Sancoins

Etape sur la route de Bourges (Avaricum) à Autun (Augustodunum), Sancoins fut un endroit propice aux rencontres et un centre commercial actif. Eduens, Avernes et Bituriges y échangeaient animaux, céréales, chanvre, lin, objets de fer. Forte de cette tradition bimillénaire, c’est en 1974 que la commune décide de construire le parc des Grivelles qui sétait progressivement imposé comme le premier marché européen de vente d’animaux sur pieds. Au début du 21ème siècle, le marché vif de Sancoins a su de nouveau innover en adoptant un système des vente des animaux dit à la criée.

Renseignements 

Tél. 02 46 65 01 79 
http://www.marchedesancoins.fr

 

  • Les lavoirs

Le Pays Loire Val d’Aubois compte de nombreux lavoirs avec une grande variété quant à leurs formes, matériaux employés, alimentation en eau, site et architecture, même si celle-ci se veut plus fonctionnelle que monumentale.

Ces édifices, qui font partie du cadre de vie de la communauté villageoise d’autrefois, sont rarement antérieurs au 19ème siècle. Leur construction fut particulièrement importante entre 1820 et 1880. Elle résulte de l’autonomie administrative des municipalités en matière budgétaire et d’une prise de conscience collective de l’importance de la salubrité publique. C’est également à cette époque que le Pays a connu une grande prospérité économique : industrie, agriculture et exploitation forestière assuraient d’importants revenus à la population qui atteignit d’ailleurs son plus haut niveau. 
Aujourd’hui, il n’y a désormais que le bruit de l’eau, et le courant ne déplace plus de traînées savonneuses. Venez découvrir ces lavoirs, dont certains ont été soigneusement restaurés et font l’objet d’une mise en valeur réussie.


  • L'écomusée de la forge à Germigny l'Exempt

"Le forgeron, père de la métallurgie moderne"

Comme un écho à l'Espace métal-halle de Grossouvre, l'écomusée de la forge de Germigny présente une collection d'anciens outils et de machines évoquant les métiers d'autrefois (forgeron, taillandier, charron...) ainsi qu'un film consacré à l'artisanat.

Renseignements (ouverture, tarifs, animations)

Ecomusée de la forge

Place de la mairie 18150 Germigny l'Exempt

Tél : 02 48 74 01 60

ecoforge.germigny@gmail.com

Les chemins de Saint Jacques de Compostelle en Berry

 

Au contact de la Bourgogne et du Berry, le Pays Loire Val d’Aubois est traversé d’est en ouest par deux chemins de Saint Jacques de Compostelle reprenant la Via Lemovicensis allant de Vézelay (mais aussi de la Belgique et de la Rhénanie) à Saint Jean Pied de Port en passant par Bourges ou Saint Amand Montrond puis Limoges et Périgueux avant de rejoindre l’Espagne. 
Il s’agit aujourd’hui de l’une des grandes voies historiques les plus utilisées pour se rendre à Puente La Reina puis à Compostelle en Galice, par « El camino frances » (« Le chemin français »

Ces chemins spirituels (tradition Saint Jacquaire) ou de randonnée, en tous les cas balisés, permettent d’apprécier la douceur et la qualité de l’environnement du Pays Loire Val d’Aubois.

L’itinéraire sud

Il matérialise le passage de la Loire à Nevers pour se rendre ensuite à Saint Amand Montrond. En effet, de Nevers, les pélerins passaient l’Allier au Bec d’Allier (commune de Cuffy) puis traversaient les communes de La Guerche sur l’Aubois et de La Chapelle Hugon en longeant la Vallée de l’Aubois jusqu’à Sancoins où se trouvait un hôtel-dieu. On retrouve encore dans cette commune une rue Saint Jacques qui devait son nom à une chapelle Saint Jacques. 

Pour la tranquillité des pélerins et des randonneurs, l’itinéraire sud propose d’emprunter de préférence les RD 45 et RD 100 traversant Cuffy et Apremont sur Allier. Après un parcours ombragé, traversant la superbe forêt de feuillus d’Apremont, sur des petites routes départementales calmes, jusqu’à La Chapelle Hugon, le tracé longe ensuite le chemin de halage du canal de Berry qui conduira ainsi les pélerins ou les randonneurs jusqu’à Saint Amand Montrond.

L’itinéraire nord

C’est un passage très important puisqu’il dessert La Charité sur Loire qui abrite une abbaye fille de Cluny, dont le prieuré est classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. 
Le Val de Loire franchi, cet itinéraire amorce ensuite vers l’ouest un parcours en champagne berrichonne en traversant notamment les communes de La Chapelle Montlinard, de Saint Martin des Champs et de Sancergues dont la paroisse est vouée d’ailleurs à Saint Jacques. Le chemin emprunte ensuite successivement les communes de Charentonnay et de Couy, et permet d’arriver jusqu’à Bourges dont la cathédrale est classée au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Le circuit des églises du Berry roman

Dans le Pays Loire Val d’Aubois, la lente émergence du christianisme, sa large couverture, la pérennité de ses monuments, la variété de leur expression artistique, fait que ce territoire en Berry, dispose de belles églises romanes du 11ème et 12ème siècles.

Un circuit routier balisé, vous permet d’en apprécier la qualité alors que le Berry, ouvert par ses routes et par ses fleuves, fut par tradition une province de relation avec les grands monastères de la France Romane.

Les chemins de découverte du Val d'Allier

 

Avec pour emblème la cigogne, le Val d’Allier s’affirme comme l’une des dernières poches paysagères la mieux préservée du Département du Cher et de la Région Centre. Depuis 1998, une opération agri-environnementale, née de la volonté des agriculteurs s’est mise en place sur trois communes du Pays : Apremont sur Allier, Neuvy le Barrois et Mornay sur Allier.

Pour faciliter la sensibilisation des visiteurs à la richesse écologique du Val d’Allier, l’association « Les amis du Val d’Allier » a balisé, et entretient régulièrement, trois sentiers de découverte dont le départ est fixé devant la salle des fêtes de Mornay sur Allier :

- le sentier du gour d’une longueur de 8 kilomètres

- le sentier de la goutte d’une longueur de 15 kilomètres 
- le sentier de la croix Papu d’une longueur de 26 kilomètres

Ce petit territoire situé en rive gauche de l’Allier constitue un espace intéressant sur le plan écologique et paysager. En effet, la zone comprend un remarquable ensemble de prairies naturelles inondables. Elle est classée en ZNIEFF pour la mosaïque de milieux d’intérêt botanique et ornithologique et pour le val inondable avec une ZICO et une ZPS pour les milieux d’accueil de l’avifaune dans le lit mineur. Ont été recensées 410 espèces végétales dont 50 espèces protégées au niveau national et 71 espèces d’oiseaux dont une partie est inscrite sur la “liste rouge des espèces menacées en France”. 
Les agriculteurs locaux, conscients qu’ils ont un important rôle à jouer pour la préservation de ce milieu, développent ici des pratiques agriculturales durables, en équilibre avec le milieu. Un cahier des charges définit les objectifs et les techniques agricoles à mettre en œuvre. Un film d’une cinquantaine de minutes, intitulé « Paradis en herbe » illustre parfaitement bien cette démarche. Il est disponible en cassette VHS et en DVD auprès de l’association « Les amis du Val d’Allier » dont le siège social est fixé en mairie de Neuvy le Barrois. 

Aller en haut